Salon du livre de Paris 2015

Partie à 5h45 de la maison avec mon Chéri, nous arrivons vers 7h en gare d'Agen. J'ai du sommeil plein les yeux, mais je peine à contenir l'immense bonheur qui m'envahit. Selfi oblige avec Chéri (1*). Le trajet me paraît interminable… j'ai hâte d'y être !

Le train arrive pile à l'heure à Montparnasse. C'est alors que nous cherchons la ligne de métro. Heureusement, tout est clair et très bien indiqué (on a même réussi à aider une Anglaise qui était un peu perdue).

Arrivés sur le quai du métro, je suis interloquée par le fait que l'ouverture des portes puisse s'effectuer avant l'arrêt total de la rame (il faut dire qu'à Toulouse, c'est beaucoup plus sécurisé). Lorsque je fais part de ma surprise à Chéri, quelques passagers me lancent un regard noir (oups… et je n'ai même pas encore parlé de « CHOCOLATINE » Langue tirée)

A 12h15, nous sommes devant le Salon du Livre ! Là, j'exulte, je saute partout, je sais que j'ai l'air un peu hystérique sur les bords, mais tant pis, je n'arrive pas à me contenir, c'est trop ! (2*)

Une fois à l'intérieur, c'est le rush ! Du monde partout (moi qui n'aime pas la foule, je suis servie), des livres à profusion (le paradis du lecteur), c'est merveilleux ! La difficulté : ne pas perdre Chéri !

Je décide de me rendre sur le stand de mon éditrice pour lui dire coucou, mais il y a tellement de monde que je ne peux même pas lui faire une bise ! Tant pis, nous reviendrons plus tard (3*)

Nous partons déjeuner, puis nous faisons quelques achats de livres pour nos 3 mini-lecteurs.

Nous errons dans les allées, et je croise une blogueuse qui m'avait demandée en amie sur Facebook. Moi, polie et enjouée, je la salue. Quand je lui dis mon nom, je vois bien qu'elle se demande ce que je peux bien lui vouloir, lol. En partant, je ris de ma naïveté et Chéri se moque de moi :

— Facebook, où des inconnus prennent contact avec toi sans savoir pourquoi, ni même qui tu es !

Me voilà un peu vexée quand même… moi qui avais justement fait un tri il y a peu, il semblerait que certains soient passés à la trappe...

Nous revenons sur le stand dans l'après-midi. Il y a toujours autant de monde, mais cette fois, je m'incruste pour embrasser mon éditrice et lui propose de distribuer quelques tracts. Chéri et moi prenons un paquet de flyers et en avant pour la distribution. Quand elle est terminée, je suis morte des pieds (si, si !).

Puis, arrive une petite manifestation d'auteurs, à laquelle j'aurais volontiers participé mais c'était presque l'heure de ma séance de dédicace.

Je reviens sur le stand de Rebelle éditions. La séance de dédicace des auteurs nous précédant s'éternise. Ils ont beaucoup de monde et empiète sur notre heure. Nous patientons sagement que notre tour arrive, puis nous nous installons (4*)

Là, je ne me sens pas à l'aise, ma timidité reprend le dessus et j'ai peur de ne pas faire une seule signature. Heureusement, l'auteur situé à ma gauche (Filipré, celui qui est de l'autre côté du marque-page des « 1001 choses ») est d'une gentillesse incroyable et a un humour décapant !

C'est là que la première lectrice se présente devant moi. Nos sourires timides se sont rencontrés. Elle a été ma bouffée d'oxygène dont j'avais besoin pour bien commencer cette séance. Je l'ai souvent répété, je ne veux pas repartir fanny, et grâce à elle, je sais que je ne le serai pas. Un petit mot griffonné maladroitement sur son livre (je tremble de peur), quelques mots échangés, un petit bonbon proposé, une petite photo de nous deux, et hop c'est déjà terminé (5*). Après, c'est un peu flou dans ma tête. Je fais des belles rencontres d'auteurs (Danielle et Fleurine notamment, qui ont prit le temps de me parler). Je poursuis mes dédicaces, dont une pour « Un Chasseur à Paris » (6*). Une file se prépare, mais ce n'est pas pour nous (les auteurs qui passent après nous sont les élites de Rebelle). Soudain, je vois Chéri qui me fait signe que c'est l'heure en me désignant sa montre imaginaire. Je m'apprête à remballer, mais une dernière personne est là. Je fais comprendre à Chéri que je ne peux pas partir maintenant. Elle vient de loin et je suis flattée qu'elle soit venue me voir. Là aussi, ça passe vite, trop vite ! J'aimerais que ces moments durent plus longtemps, ces rencontres sont tellement enrichissantes ! La dernière lectrice s'éloigne, et moi je me sauve, presque sauvagement, pour ne pas rater mon train.

Commence alors la course au retour vers Montparnasse, avec mes pieds morts. J'ai l'impression de courir avec 2 moignons, lol. Nous arrivons tout de même à temps, pour notre plus grand soulagement. Une fois à bord du train, j'ai des étoiles dans les yeux. Je ne veux pas que ce rêve s'arrête, car je suis sur un petit nuage !

Malgré les regards noirs de certains, les bousculades, quelques snobinards et des gens qui te remballent parce que tu leur proposes en bonbon pendant que ton confrère signe leur livre, Paris cette jungle… ce fut une expérience inoubliable que je suis heureuse d'avoir pu vivre ! (7*)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×